Éducation non-genrée ou non-sexiste? Laquelle choisir?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attention, cet article est une introduction, la plus simpliste possible dont le but est de montrer la différence entre l’éducation non-sexiste et non-genrée (terminologie, bataille idéologique, communication) Le but de l’article n’est pas de définir le genre. Les termes ont été simplifiés au maximum pour les néophytes mais la terminologie évolue rapidement et différemment selon les acceptations. L’article sera remis à jour, n’hésitez pas à y contribuer.

Sexe et genre c’est pas pareil?!

Un petit rappel des termes est nécessaire à cause des erreurs de traduction anglais/français.

En même temps si on ne vous l’avait pas dit, vous ne pouviez pas le savoir!

Le sexe fait référence à l’identité biologique d’une personne. Les hommes sont de sexe masculin et les femmes de sexe féminin. Votre identité biologique est acquise à la naissance mais peut être modifiée physiquement et légalement par le recours à la chirurgie et une demande de concordance entre votre nouveau sexe et votre genre à l’état civil.

On considère en effet qu’une personne de sexe masculin doit être identifié comme un homme et qu’une personne de sexe féminin doit être identifiée comme une femme. Si vous changez de sexe vous êtes donc en droit de demander un changement de votre état civil. Le sexe fait donc référence à votre identité biologique.

Le sexisme ou stéréotypes sexistes consiste à attribuer des “comportements” spécifiques au sexe d’une personne. Exemple: Les femmes conduisent mal. Les hommes sont insensibles. Ha tu pleures comme une fille…

En français, le genre fait référence à la qualité masculin, féminin ou neutre d’un objet (on peut donc légitimement parler de jouets genrés).

Mais en anglais le gender fait référence à la qualité masculin, féminin ou neutre d’un objet ou d’une personne il peut donc se traduire à la fois comme “sexe” et comme “genre” en français (d’où la confusion). Mais il fait également référence au comportement sexuel. Ces différentes sens ont donné naissance à un nouveau vocabulaire : cisgenre, transgenre, non-binaire, agenre, fluide…

Concrètement ça donne quoi?

Je ne suis pas un homme, je ne suis pas blanc…

D’après la “théorie du genre”, le genre (inné pour certains, culturel pour d’autres) n’a aucun rapport avec le sexe biologique. Cela revient à dire qu’une personne peut se construire en dehors de toute identité biologique comme si son sexe de naissance n’influait absolument pas sur sa personne.

Quand on connait l’impact du système hormonal -qui est la conséquence directe de notre sexe biologique –sur notre état d’esprit et sur notre corps (monté de testostérone, sautes d’humeur liées aux menstruations…) cette assertion peut paraître surprenante.

(Personnellement je me porte complètement en faux contre CE postulat de la théorie du genre mais ce n’est pas le propos de cet article et il convient d’exposer tous les arguments pour que chacun puisse se faire sa propre opinion.)

Reprenons. Prenez un enfant née mâle (il ne faut plus dire garçon!) nommé Bryan. Bryan est biologiquement un garçon (sexe de naissance) mais se sent fille “identité sexuelle fille” (attention, cela ne signifie pas obligatoirement qu’il ressente le besoin de changer de sexe car identifier un genre à un sexe n’a plus aucun sens selon cette théorie) tout en étant “attirée uniquement par les filles”. Bryan serait donc un garçon (sexe biologique), une fille (genre/identité) et lesbienne (genre/comportement).

Vous pensez qu’on s’y perd un peu? Pas de soucis on a inventé les termes “non-binaire”, “agenre” ou “fluide” pour cela. Plus besoin de se définir sur le spectre moyenâgeux homme/femme ni en ce qui concerne le sexe biologique, l’identité sexuelle ou le comportement sexuel. Et plus besoin de se définir tout court, puisque vous pouvez changer d’identité ou d’orientation sexuelle quand vous le souhaitez. C’est ça la “fluidité”: pouvoir décider chaque matin au réveil de “qui” ou “ce que” je suis!

Vous ne vous attendiez pas à autant d’infos?

Vous pensez que tout ça c’est un peu “too much” et que ça ne vous regarde pas? Détrompez-vous car ces “choix” sont désormais présentés aux enfants dès l’école primaire (article à venir sur la littérature non-genrée à l’école et sur le danger des poupées non-genrées).

Et les jouets non-genrés dans tout ça?

Ne pas genrer les jouets ne signifie pas avoir une éducation non-genrée

Il y a quelques années maintenant il y a eu un grand débat sur la catégorisation de manière “genrée” des jouets en magasin. En clair cela signifie qu’il y avait dans les rayons des jouets spécifiques “pour garçons” de type camions, chevaliers, astronautes… et d’autres “pour filles” type dinettes, coiffeuses, poupées. Les catalogues de jouets étant souvent utilisés (à tord) pour écrire la lettre au Père Noël, le choix des enfants était donc limité à ce qu’on considérait pouvoir leur plaire.

Les parents qui refusent de “genrer” les jouets ont donc commencer à affirmer qu’ils donnaient une éducation “non-genrée” mais c’est une erreur de terminologie (qu’on voit aussi parfois à la télé).

Éducation non-sexiste

Attribuer des couleurs aux enfants en fonction de leur sexe

Si vous reconnaissez que votre enfant a un sexe biologique définit (c’est un garçon/c’est une fille) mais que vous êtes le genre (haha) de parents qui veut lui offrir la possibilité de se construire en le laissant choisir ses jouets et ses activités selon ce qu’il aime faire et non selon des standards imposés vous lui donnez une éducation non-sexiste. Ce faisant vous ne niez pas son sexe biologique et les faits qui s’y rapportent.

Cela veux dire que vous lui dites qu’il fait ce qu’il veut en dépit de son sexe. Exemple: Tu es une petite fille (car tu as vulve). Oui. Et les petites filles peuvent jouer à ce qu’elles veulent aussi bien à la poupée qu’au docteur ou au conducteur de travaux. Exemple: Tu es un petit garçon (car tu as un pénis). Oui. Et les petits garçons peuvent jouer à ce qu’ils veulent aussi bien à la poupée qu’au docteur ou au conducteur de travaux.

J’ai fait un copier/coller de la phrase (pas par fainéantise) pour montrer que le parent qui choisit une éducation non-sexiste va faire en sorte de tenir le même discours éducatif à son enfant qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille et cela dans tous les domaines: jouets, jeux, respect, amour, métier…

Ce discours c’est celui de l’égalité entre les sexes. Ils sont différentes certes mais aucun n’est supérieur à l’autre.

L’éducation non-genrée opposée à l’éducation non-sexiste?

Des définitions qui évoluent tous les jours et entrent parfois en confrontation.

L’éducation non-genrée est présente en Suède depuis 20 ans déjà, elle consiste à nier le sexe biologique de l’enfant qu’on appellera ni garçon “he”, ni fille “she” mais “shim” (contraction de she et him – hen en suédois), genre neutre qui signifie, ni l’un ni l’autre, ou, les 2 à la fois. Cette éducation a pour but de laisser l’enfant choisir (proposer le choix ce qui est différent de découvrir que l’on EST né transgenre) son identité sexuelle en dehors de son sexe biologique et se base donc sur le postulat qu’il existe des “genres” construit en dehors de l’identification biologique. L’enfant peut se définir en “garçon”, “fille” ou “neutre” quand il le souhaite et changer tant qu’il le souhaite. L’éducation non-genrée s’accompagne donc de la promotion de la “fluidité” sexuelle.

Le sexe biologique de l’enfant n’est donc plus pris en compte et plus mentionné puisqu’il “choisit” son sexe ou n’en choisit aucun.

Mais, dans les FAITS, l’enfant “se” construit toujours en OPPOSITION à quelque chose. Sans cette opposition, les enfants ne sont pas capables de se construire. Ici il choisit en se positionnant par rapport à “she” et “him”. Si l’enfant porte une robe et joue à la poupée il se définit comme “she” et s’il coupe ses cheveux court il se définit comme “he”.

Paradoxalement, la création de ce genre neutre renforce les clichés sexistes en identifiant des comportements spécifiques à un sexe biologique. C’est tout le contraire donc de l’éducation non-sexiste. Et pour s’en sortir elle propose désormais de recourir à des termes comme non-binaire ou a-genre…(voir lexique en fin d’article)

Choisissez votre combat: pro gender ou anti stéréotypes

Ne nous mentons pas, l’éducation est un outil de propagande idéologique. Le but de l’éducation non-sexiste est la lutte contre l’inégalité dans le rapport homme/femme. Sa conséquence serait/sera l’égalité des salaires, de l’accession à l’emploi, du partage des tâches ménagères dans le couple…

Si vous voulez lutter contre les stéréotypes sexistes il faut donner à votre enfant une éducation non-sexiste en reconnaissant son identité sexuelle biologique (fille ou garçon) tout en ne limitant pas ses jeux, activités, passions en raison de son sexe.

Si vous pensez que l’identité homme/femme peut évoluer tout au long de la vie et voulez en faciliter l’acceptation, vous pouvez proposer une éducation non-genrée en répétant à votre enfant qu’il n’est ni un garçon ou une fille ou en lui posant la question tous les matins “Faut-il t’appeler “fille” ou “garçon” aujourd’hui?” comme dans le reportage en lien ci-dessous (confusion des barrières identitaires assurée).

Le but de l’éducation non-genrée n’est pas de lutter contre les stéréotypes mais pour la liberté de se définir (ou redéfinir) comme homme/femme, père/mère et cela à chaque moment de sa vie. L’éducation non-genrée très en vogue chez les Britanniques a engendré une forte augmentation des enfants transgenres dont les raisons restent à éclaircir.

Faites le Test ICI!

Le but de l’éducation non-genrée n’est pas, contrairement à ce que certains veulent nous faire croire, de lutter contre les stéréotypes. Nier le sexe pour s’affranchir des clichés sexistes n’a en effet aucun sens.

Si quelqu’un affirmait à votre fils qu’il ne pouvait pas jouer à la poupée car c’est un garçon, que lui répondriez-vous?

Non-sexiste: “c’est faux, les garçons aussi peuvent jouer à la poupée.”

Non-genrée: “c’est faux, ce n’est pas un garçon.”

ou encore

Éducation non-sexiste: Tu es un garçon et les garçons peuvent jouer à la poupée comme les filles. Ce n’est pas ton sexe qui détermine ce que tu as le droit de faire dans la vie. On ne place clairement dans l’affirmation, on redonne du pouvoir.

Éducation non-genrée: Tu n’es ni un garçon ni une fille donc tu peux jouer à la poupée. Tu n’as pas de sexe, fais ce que tu veux de ta vie. On octroie une liberté en passant par la négation, celle de la nature biologique de l’enfant.

Alors êtes-vous plutôt éducation non-sexiste ou non-genrée? Commentez!

si cet article vous a aidé à y voir plus clair, merci de le liker et de le partager!

PS: Voici le lien d’un très beau documentaire sur l’éducation non-genrée (sous-titre français dispo dans les paramètres): https://www.youtube.com/watch?v=4sPj8HhbwHs&pbjreload=10

Lexique du genre: de trans à fluide, d’autres réalités à saisir https://www.rtl.fr/girls/identites/le-lexique-du-genre-de-transgenre-a-fluide-d-autres-realites-a-saisir-7786700642

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *